top of page
  • Photo du rédacteurOlivier

Japon: Photographier les cultures d’algues de la mer d’Ariake

Dernière mise à jour : 28 janv.

Les fermes d'algues Nori, avec leur enchevêtrement de filets géométriques, offrent un paysage unique pour les photographes, en particulier dans le domaine du minimalisme. Ces structures se prêtent à des compositions artistiques intéressantes. Elle mettent en lumière la dualité et la beauté éphémère de la nature, ainsi que notre relation intrinsèque avec elle.


Japon: Photographier les cultures d’algues de la mer d’Ariake

Tirage Fine Art © O. Robert


La mer d'Ariake, située sur l'île de Kyushu, est connue pour être la plus grande baie intérieure du pays. Caractérisée par ses vastes étendues de vasières et ses marées spectaculaires, elle offre un paysage changeant et dynamique. Elle est célèbre pour sa richesse écologique et est également réputée pour sa production d'algues Nori et de fruits de mer.


Introduction

La mer d'Ariake présente plusieurs caractéristiques qui la rendent particulièrement intéressante pour la photographie. Elle est connue pour avoir l'une des plus grandes amplitudes de marée au Japon (atteignant 6 mètres), ce qui crée des paysages en constante évolution.


Les photographes peuvent ainsi capturer la transformation du paysage à marée basse et à marée haute, disposant d'une variété de scènes dans un même lieu. Ces moments créent des images à la fois dramatiques et subtiles, avec des nuances de lumières et des ombres complexes.


De plus, la région autour de la mer d'Ariake est riche en culture et traditions, y compris les techniques traditionnelles de pêche et d'agriculture aquatique. Les photographes peuvent ainsi explorer ces aspects humains, ajoutant une dimension culturelle à leurs images.


Enfin, pour les adeptes de la photographie minimaliste, la mer d'Ariake, avec ses étendues d'eau calme, ses fermes d'algues structurées et ses horizons ouverts, offre un cadre idéal pour des compositions épurées et paisibles. Elle est un lieu de contrastes et de diversité, offrant une toile riche pour la créativité, que ce soit à travers la capture de ses phénomènes naturels ou de l'interaction entre l'homme et la nature.


Topaz Photo AI: Tirez le meilleur de vos photos grâce à l'intelligence artificielle. Augmentation de la résolution et suppression du bruit. Logiciel autonome et plugins Photoshop ou Lightroom. Essayez-le gratuitement ici.

Topaz Photo AI: Tirez le meilleur de vos photos grâce à l'intelligence artificielle. Augmentation de la résolution et suppression du bruit. Logiciel autonome et plugins Photoshop ou Lightroom. Essayez-le gratuitement ici.


Que sont les algues Nori

Les algues Nori sont un type d'algues marines comestibles, scientifiquement connues sous le nom de Porphyra spp. Elles font partie intégrante de la cuisine japonaise, principalement utilisées pour envelopper le sushi et comme garniture ou assaisonnement dans de nombreux autres plats.


La culture de la Nori est une industrie significative au Japon, avec une production annuelle estimée à environ 10 milliards de feuilles. Les fermes d'algues Nori se trouvent principalement dans des zones côtières, où elles sont cultivées sur des filets dans des eaux peu profondes. Le cycle de production de la Nori est saisonnier, commençant généralement en septembre et se terminant au printemps.


Le processus de transformation de la Nori est complexe et a été affiné au fil des siècles. Après la récolte, les algues sont lavées, hachées, pressées en feuilles, séchées puis grillées. Ce processus lent et artisanal ressemble d'ailleurs à la fabrication du papier traditionnel japonais, le Washi.


Pour en savoir plus sur le processus de fabrication des feuilles de Nori depuis l'ensemencement jusque dans l'assiette, lire mon article sur les fermes de cultures d'algues de la mer d'Ariake.


Japon: Photographier les cultures d’algues de la mer d’Ariake

Tirages Fine Art © O. Robert


Photographier les cultures d’algues Nori

De quoi sont faits les supports de culture

De nombreuses fermes d’aquaculture indépendantes se partagent les 1700 km2 de la mer d’Ariake. Toutes ont recours aux mêmes techniques de culture. A savoir, l’usage de longues nattes suspendues entre des piquets de bambous ou de plastique.


Ces filets sont placés en lignes et forment des structures géométriques à fleur d'eau quasiment parfaites. Ces formes étonnantes qui apparaissent et disparaissent au gré des marées sont des sujets parfaits pour la photographie de paysages marins en poses longues.


Bien que certains filets restent en place toute l’année, c’est uniquement l’hiver que les algues sont récoltées. A cette époque de l’année, la Nori recouvre ces interminables nattes d’un épais manteau noir qui contraste avec la couleur de l’eau et les ciels laiteux typiques du Japon à cette période de l'année. C’est donc de novembre à février que vous pourrez photographier les fermes d’aquaculture dans les meilleures conditions.


A une autre période de l'années, les quelques filets qui restent en place ne sont pas toujours d’un aspect esthétique remarquable. Dépourvu de ces algues noires, ces filets ressemblent plus à des vestiges abandonnés qu’à une structure de pêche.


Mon matériel: GITZO Mountaineer S3. Le trépied carbone ultra-stable et léger. La référence ultime pour la photographie de paysages et les poses longues. Un investissement pour la vie.

Mon matériel: GITZO Mountaineer S3 et rotule S3. Le trépied carbone ultra-stable et léger. La référence ultime pour la photographie de paysages et les poses longues. Un investissement pour la vie.


Etonnamment, c'est aussi ce qui leur donne un certain charme et représente un intérêt photographique selon l'emplacement. En revanche, les forêts de piquets sont quant à elles bien présentes et permettent de réaliser quelques photographies d’un minimalisme absolu pour les amateurs de ce style.


Comme indiqué plus haut, les fermes d’aquaculture sont présentes tout autour de la mer d’Ariake. Il est tout à fait possible d'en faire le tour en 3 ou 4 jours selon le temps que vous prenez pour photographier. Mais je conseille vivement de prévoir une semaine minimum sur place afin de profiter des autres endroits de la région, également dignes d'intérêt photographique. Lire mes articles sur la mer d'Ariake et sa région.


Japon: Photographier les cultures d’algues de la mer d’Ariake

Tirage Fine Art © O. Robert


Pourquoi ces supports sont intéressants en photographie minimaliste

Les fermes d'algues Nori fournissent un mélange unique de simplicité, de rythme, de naturel et de tranquillité, faisant d'elles des sujets idéaux pour la photographie minimaliste. En voici quelques raisons:


1. Simplicité de structure: Les fermes d'algues Nori sont composées de lignes simples et de structures répétitives. Ces lignes et réseaux de cordes tendues créent un effet graphique qui se prête bien à une approche minimaliste.


2. Interaction avec l'eau et la lumière: L'eau calme qui entoure les fermes d'algues crée des reflets et des jeux de lumière qui peuvent être capturés de manière épurée et artistique. La surface de l'eau peut servir de toile de fond neutre, mettant en valeur les structures des fermes.


3. Palette de couleurs naturelles: Les teintes naturelles des algues et de l'eau offrent une palette de couleurs restreinte, ce qui est une caractéristique clé du minimalisme. Cette limitation de couleurs peut aider à créer une image plus concentrée et impactante.


4. Rythme et répétition: Les motifs répétitifs des fermes d'algues forment des rythmes visuels qui attirent l'œil et créent une sensation d'ordre et de calme, alignés avec les principes du minimalisme.


5. Tranquillité et intemporalité: Les fermes d'algues évoquent souvent une sensation de tranquillité et de continuité dans le temps, alignées avec les thèmes de la quiétude et de l'intemporalité souvent recherchés dans la photographie minimaliste.


Japon: Photographier les cultures d’algues de la mer d’Ariake

Tirage Fine Art © O. Robert


Un sujet adapté au noir et blanc

Bien que ces structures sont parfaitement adaptées pour la photographie en couleurs, les fermes d'algues Nori sont plus particulièrement des sujets attrayants pour la photographie en noir et blanc.


La photographie en noir et blanc permet de se concentrer sur la composition, la texture et la lumière, offrant ainsi une perspective unique et artistiquement riche, en parfaite harmonie avec les principes de la photographie minimaliste. En voici quelques raisons:


1. Contraste et texture: Le noir et blanc accentue les contrastes entre les éléments lumineux et sombres. Dans le cas des fermes d'algues Nori, cela peut mettre en évidence la texture des algues, la brillance de l'eau et les structures des cordes et piquets.


2. Simplification visuelle: En éliminant les couleurs, la photographie en noir et blanc réduit la scène à ses éléments graphiques fondamentaux: lignes, formes, textures et contrastes. Cela simplifie la composition et renforce l'aspect minimaliste.


3. Formes et structures: Sans la distraction des couleurs, les formes géométriques et les structures répétitives des fermes deviennent plus prononcées, créant une composition visuelle forte qui se prête bien au minimalisme.


Luminar Neo: L'intelligence artificielle pour la production d'images commerciales parfaites. A tester gratuitement ici.

Luminar Neo: L'intelligence artificielle pour la production d'images commerciales parfaites. A tester gratuitement ici.


4. Ambiance et émotion: Le noir et blanc peut conférer une qualité intemporelle et une certaine profondeur émotionnelle aux images. Dans le contexte des fermes d'algues, cela peut aider à capturer et à transmettre l'atmosphère calme et sereine de ces lieux.


5. Jeu d'ombres et de lumière: La photographie en noir et blanc est particulièrement efficace pour explorer les jeux de lumière et d'ombre. Les interplays de lumière induits par les filets de culture créent des motifs intéressants et des dynamiques visuelles qui enrichissent la composition minimaliste.


Cependant, la présence importante de ces fermes d'aquaculture ne signifie pas pour autant qu’elles sont faciles à photographier. En effet, ces étendues de filets caractéristiques ne sont pas vraiment en bord de mer. Au contraire, c’est plutôt au large des côtes que les conditions sont les plus propices à cette culture.


Il n’est d’ailleurs par rare de voir les pêcheurs se rendre en petite barges dans les allées de filets. Ce qui ruinent évidemment le minimalisme photographique potentiel de ces scènes.


Il est aussi difficile, voire impossible, de préciser des lieux spécifiques où ces étendues de filets peuvent être photographiées. Leurs emplacements varient chaque année. Il faut donc prendre son temps et parcourir les rivages de la mer d’Ariake en voiture en scrutant l’horizon. C'est aussi un excellent moyen de découvrir de nombreux autres sujets caractéristiques de la région et de la culture japonaise tels que les Torii ou les traditionnelles cabanes de pêche (Tanajibu). Lire mon article sur les Tanajibu.


Japon: Photographier les cultures d’algues de la mer d’Ariake

Tirage Fine Art © O. Robert


Préparez le téléobjectif

L’éloignement de certaines structures requièrent donc de se séparer un instant de notre grands-angle favori pour fixer un téléobjectif ou un zoom sur le boitier. Et photographier en poses longues avec de tels objectifs a quelque chose de troublant.


L’exercice inhabituel devient vite un challenge car même si la mer d’Ariake est relativement abritée des vents violents, ça ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas de vent. Il faut donc être très vigilant à la stabilité de son équipement.


Les téléobjectifs et les zooms à longue focale ont de fait une sensibilité plus importante à la prise au vent. Les micro mouvements de l’objectifs se ressentent immédiatement dans l’image capturée en pose longue. De plus, ces objectifs présentent certaines contraintes en photographie de paysages, notamment en termes de poids et de netteté, même sur des petites ouvertures.


Néanmoins ils offrent aussi quelques avantages, comme la capacité d'isoler les sujets et de créer des effets de perspective intéressants. C'est sur cet aspect qu'il faudra compter pour isoler les filets de cultures d'algues au large. C'est un exercice difficile mais les résultats sont parfois suprenants.


Pour m’être rendu autour de la mer d’Ariake en toutes saisons, je peux affirmer qu’il n’existe pas de moments plus appropriés que d’autres. C’est une question de chance.


Mon matériel: K&F Concept ND Filter Kit + bague magnétique et sac de transport. Verres traités anti-pluie. la solution pratique pour photographier dans des conditions difficiles sans compromis sur la qualité.

Mon matériel: K&F Concept ND Filter Kit + bague magnétique et sac de transport. Verres traités anti-pluie. la solution idéale pour photographier dans des conditions difficiles sans compromis sur la qualité.


L’hiver à Kyushu n’a rien de comparable avec l’hiver dans d’autres régions du Japon. Il n’y fait pas vraiment froid et le soleil domine bien souvent. Ce qui rend les poses longues encore plus complexes. Mais nous aimons la complexité technique et les challenges en photographie de paysages...


De toutes façons, nous n’avons pas d’autres choix que de composer avec les caprices de la météo. La meilleure solution consiste donc à séjourner plusieurs jours et d’effectuer des repérages de lieux. Il suffit ensuite d’y revenir quelques heures avant le coucher de soleil, qui arrive très vite au Japon. Il n’est pas rare de voir la lumière baisser drastiquement dès 17 heures et l’usage des filtres ND devient vite compliqué.


Si vous êtes du genre lève-tôt (4 heures du matin), vous pourrez peut-être saisir les premières lumières du jour à travers les filets, si la marée est plutôt haute. Mais ce moment magique ne dure malheureusement que quelques minutes.


Japon: Photographier les cultures d’algues de la mer d’Ariake

Tirage Fine Art © O. Robert


Le mot de la fin

Les fermes d'algues Nori, lorsqu'elles sont capturées à travers l'objectif, deviennent bien plus que de simples structures aquacoles. Elles se transforment en un microcosme où se rencontrent l'art, la nature et la philosophie.


En noir et blanc, ces fermes épurées ne sont pas seulement des représentations de la simplicité, mais elles deviennent des symboles de la dualité inhérente à notre existence. D'un côté, il y a l'ordre et la structure, symbolisés par les lignes nettes et les répétitions régulières des cordages et des algues. De l'autre, il y a le chaos et l'imprévu, représentés par le mouvement imprévisible de l'eau et les variations subtiles de lumière et d'ombre.


Cette dualité reflète notre quête incessante d'ordre dans un monde souvent chaotique et imprévisible. Les algues, cultivées avec soin et rigueur, rappellent notre propre relation avec la nature: une tentative constante de l'apprivoiser, tout en respectant sa force et sa spontanéité.


En capturant ces scènes en noir et blanc, le photographe ne se contente pas de documenter un paysage; il invite le spectateur à une réflexion plus profonde sur la nature et notre place dans l'univers.


Chaque image devient alors une méditation visuelle sur l'équilibre, l'harmonie et la beauté éphémère de notre monde. Elle souligne que dans la simplicité et le minimalisme, il y a souvent une profondeur et une complexité insoupçonnées. Les fermes d'algues Nori, ainsi immortalisées, deviennent un miroir de notre propre recherche de sens et d'équilibre dans la vie.


Sécurisez votre activité et vos transactions en ligne lors de vos déplacements et voyages. Contournez légalement les restrictions d'accès à internet de certains pays.

Sécurisez votre activité et vos transactions en ligne lors de vos déplacements et voyages. Contournez légalement les restrictions d'accès à internet de certains pays.

 

Commentaires


bottom of page