top of page
  • Photo du rédacteurOlivier

Japon: L'arbre de Maibara fait ses adieux au lac Biwa

Dernière mise à jour : 5 janv.

Maibara est une petite ville pittoresque située dans la préfecture de Shiga, au Japon. Elle se trouve dans le nord-est de la préfecture, sur la rive orientale du lac Biwa, le plus grand lac du Japon, et s'étend jusqu'aux montagnes d'Ibuki et à la frontière avec la préfecture de Gifu. Maibara fait partie du parc quasi-national de Biwako et est particulièrement connue pour le mont Ibuki, le point culminant de la préfecture.


Japon: L'arbre de Maibara fait ses adieux au lac Biwa

Tirage Fine Art © O. Robert


Mais c'est essentiellement pour son arbre remarquable que je connais la petite bourgade de Maibara. Il n'est pas remarquable d'un point de vue botanique ou scientifique, il l'est pour sa présence, sa position sur la rive et sa qualité d'arbre solitaire. Bref, vous l'aurez compris, il est remarquable pour les photographes qui ont eu la chance de le croiser sur leur route autour du lac Biwa.


Découvrir les lieux en hiver

Ce fut mon cas, il y a plus de 10 ans lorsque j'ai eu le plaisir de le photographier sous une tempête de neige. Une séance photo mémorable lors de laquelle j'ai pensé avoir irrémédiablement congelé mon Pentax 645, tant il était couvert de givre et de neige après quelques minutes.


En effet, persuadé comme toujours que l'acte de photographier était plus important que mon matériel, je me suis résolu à sortir seul de la voiture pour installer mon trépied et mon appareil sous un froid glacial. C'est la première fois (et la seule) de ma vie de photographe où j'ai eu le sentiment qu'il neigeait horizontalement. Le vent violent qui accompagnait la neige fine et humide soufflait de face, ruinant ainsi la lentille de mon objectif.

Mon matériel: GITZO Mountaineer S3 et rotule S3. Le trépied carbone ultra stable et résistant pour la photographie de paysages en toutes conditions. Un investissement pour la vie.

Mon matériel: GITZO Mountaineer S3 et rotule S3. Le trépied carbone ultra stable et résistant pour la photographie de paysages en toutes conditions. Un investissement pour la vie.


Qu'importe, le boitier du Pentax 645 étant suffisamment lourd et mon trépied GITZO étant parfaitement stable, je me suis lancé dans une série de poses longues. Non sans mal, et en balayant à plusieurs reprises le grésil qui se déposait sur le filtre, je suis finalement parvenu à produire la photo ci-dessous.


Heureusement pour moi, ni l'appareil ni l'objectif n'ont eu à souffrir de quelconques séquelles de ce challenge. Une des raisons principales pour lesquelles je suis tellement satisfait du matériel Pentax.

Japon: L'arbre de Maibara fait ses adieux au lac Biwa

Tirage Fine Art © O. Robert


Aussi, et au fil des années, cet arbre élégant est devenu l'un de mes repères sur le lac. Je m'y suis rendu quasiment à chaque visite et en toutes saisons. Parfois même sans ambition photographique mais juste pour le plaisir des yeux ou pour me poser quelques instants au bord de l'eau et admirer un coucher de soleil estival.


Le panorama sur le lac depuis cette péninsule est aussi exceptionnel, et particulièrement le soir. Le dégagement visuel est intéressant, notamment par la forme que prend cette langue de terre, comme le montre la photo ci-dessous. Un havre de paix prisé par les pêcheurs ou les locaux qui s'y rendent pour se baigner ou pique-niquer dès le printemps. Curieusement, le site est assez peu connu des touristes. Peut-être est-ce du au fait qu'il est difficile à trouver.


Quoiqu'il en soit, ce lieu constitue sans aucun doute un de mes sites favoris (lire l'article sur mes 10 sites recommandés pour la photographie autour du lac Biwa).

Japon: L'arbre de Maibara fait ses adieux au lac Biwa

Tirage Fine Art © O. Robert


La fin d'une époque

Considérant sa situation et tout ce qu'il a enduré pendant des décennies, j'étais loin de penser que cet arbre pouvait avoir une quelconque fragilité. Et pourtant...


C'est lors d'un voyage en février 2017 que j'ai découvert la triste scène. L'arbre avait été ravagé par la violente tempête de fin 2016. Il s'est littéralement ouvert en 2 parties et plusieurs branches ont été arrachées. Les débris jonchaient le sol et ne laissaient guère penser que cet arbre pouvait encore avoir un avenir.

Japon: L'arbre de Maibara fait ses adieux au lac Biwa

© O. Robert


Connaissant les Japonais et leur sens de la sécurité, tout me pousse aujourd'hui à croire que la partie droite sera coupée et évacuée. Il est même fortement probable que cet arbre soit abattu. Il ne représente malheureusement pas un emblème important, ni pour la population locale ni pour le tourisme.


S'agissant d'un peuplier (une des rares espèces pouvant vivre les pieds dans l'eau), il ne constitue pas un sujet botanique remarquable. S'il s'agissait d'un cerisier (sakura), je ne tiendrais pas le même discours. Tout serait alors entrepris pour le tuteurer et le protéger.


Mais comme au Japon, tout peut arriver et même le contraire, il est aussi possible que l'arbre soit simplement sécurisé et laissé tel quel sur place afin de ne pas engager les frais "inutiles" que constituerait l'abattage. Jusqu'à ce jour, je conserve donc un peu d'espoir.

Mon matériel: URTH+. Les filtres haute définition (verres japonais) pour la photo en poses longues.

Mon matériel: URTH+. Les filtres ND haute définition (verres japonais) pour la photo en poses longues.


J'envisage de retourner sur les lieux dès que possible et vérifier par moi-même. Si par bonheur, il a été conservé, je publierai une mise à jour de cet article, en plus d'une nouvelle série de photos. Quoiqu'il en soit, et sil il devait être conservé, il est improbable que l'arbre de Maibara retrouve un jour sa silhouette splendide et majestueuse.


Aujourd'hui, il ne me reste que mes quelques photographies pour me souvenir d'un sujet qui aura marqué ma vie photographique sur les rives du lac Biwa. Un autre exemple qui nous rappelle encore l'importance de saisir en images ces choses simples et qui créent des souvenirs impérissables. Je pense que seuls les photographes pourront comprendre et partager ce sentiment. Une fois de plus, notre medium prouve qu'il est bien le gardien du temps qui passe inexorablement et le témoin éternel de l'éphémère.

Mon livre: Miroirs d'eau du Léman au Biwa. Editions Glénat. Disponible sur ce site.

Mon livre: Miroirs d'eau du Léman au Biwa. Editions Glénat. Disponible sur ce site.

 
 

Se rendre à Maibara

Otsu, la principale ville des rives du lac Biwa est le meilleur point de départ pour visiter la région lacustre. Pour se rendre de Otsu à Maibara, il existe plusieurs options:


1. Train: La manière la plus rapide et la plus pratique est de prendre le train. Depuis la gare d'Otsu, prenez un train de la ligne JR Biwako jusqu'à la gare de Maibara. Le trajet dure environ 30 à 45 minutes, en fonction du type de train que vous prenez (express ou local).


2. Bus: Il y a aussi des services de bus entre Otsu et Maibara, mais ils sont moins fréquents que les trains et le trajet est généralement plus long.


3. Voiture: Si vous préférez conduire, vous pouvez louer une voiture. Le trajet en voiture entre Otsu et Maibara prend environ une heure, en fonction du trafic.


4. Vélo: Pour les amateurs de cyclisme, parcourir la distance en vélo est une option attrayante. Le trajet le long du lac Biwa offre de magnifiques paysages. Prévoyez plusieurs heures car les haltes seront nombreuses compte-tenu des paysages spectaculaires tout au long du trajet.

Luminar Neo: l'intelligence artificielle comme outil de production en photographie commerciale.

Luminar Neo: l'intelligence artificielle comme outil de production en photographie commerciale.

 

Comments


bottom of page